Une demi-journée forcée de vacance

Si vous avez essayé d’accéder à Autre-Chose depuis le milieu de l’après-midi jusqu’à tout récemment, vous avez dû être déçus. Le serveur (kypris) sur lequel je suis hébergé chez Site5 a été compromis depuis environ 14h30 jusqu’à 23h30. On pouvait voir le message suivant sur les sites affectés par cette attaque : “by Th3h4ck3r 0wnz y0ur b0x n0x w4r”.

Après quelques efforts plutôt inutiles de mon côté, puisque je n’ai aucun contrôle sur le serveur, j’ai pus retrouver mon site. À certaines conditions. Voici maintenant ce que je pense de Site5.

La première fois

Ce n’est pas la première fois que le serveur sur lequel je suis hébergé manque. La première fois était il y a quelques mois lorsqu’un disque dur avait flanché. Les conséquences n’étaient pas très graves : pertes de nouveaux fichiers, pertes de données dans la base de données. Bref, le système de sauvegarde n’avait pas passé depuis la veille jusqu’à la défaillance.

Mes actions

Cette fois, comme je l’ai dit, j’ai entrepris quelques actions. Pour ne pas faire perdre le temps de plusieurs travailleurs de chez Site5, j’ai pris le temps de consulter les forums et les utilitaires pour voir s’il y avait une explication à tout ça. Après quelques heures : rien.

Ensuite, j’ai décidé d’ouvrir un ticket d’aide sur leur système de support. Ce n’est qu’après 2 heures que j’ai pus finalement avoir une réponse. Peut-être n’aurais-je pas dû qualifier mon ticket d’urgent, mais bien de critique. La marge doit être si haute entre les deux ! Dans cette réponse, je pouvais y lire : “We have corrected the issues on kypris.”. Balivernes ! Mensonges ! Blasphèmes ! Je m’empresse de répondre que rien n’est rentré dans l’ordre.

La résolution

Toujours deux heures plus tard (hah cette fameuse base deux ! et c’est à croire que la plus petite unité de temps sur terre est l’heure !), je reçois une autre réponse, d’une autre personne, il faut le mentionner, comme quoi tout est rentré dans l’ordre. C’était bien vrai ! Mais quatres heures au total s’étaient écoulées depuis la création de mon ticket. J’étais content de lire le courriel, mais je m’aperçois qu’il continue. Je poursuis ma lecture : “Please restore your website from your local backups since our backups are of your current website unfortunately.”

La goûte de trop

“Quoi ?!” m’exprimais-je malgré le fait que je suis seul dans mon appartement ! Non seulement le support pour informer leur clientèle est pourri, mais en plus ils sauvegardent nos données après qu’une attaque ait été faite ? C’est pas sérieux !

Le compte final

C’est une connaissance qui m’avait recommandé Site5 comme hébergeur et lorsqu’il n’y a pas de défaillance matérielle ni d’attaque, c’est vrai que ce n’est pas si mal, mais autrement… mieux vaut me taire. J’ai perdu neuf heures d’hébergement dans le mois grâce à une attaque annodaine. Mais le pire n’en est pas là : Autre-Chose est un site personnel qui reflète en quelques sortes mon professionnalisme. Ce professionnalisme est entre les mains de mon hébergeur maintenant (bravo pour moi), car c’est une solution beaucoup plus économique à tous les points de vue. Mais ça a un prix caché. Qu’ai-je eu l’air si jamais certaines compagnies voulaient consulter mon curriculum vitae ou encore mon portfolio ?

Heureusement pour moi, les dommages aux fichiers étaient limités. Seules les pages index.php ont été modifiées. Mais bref, tout ce qui suis est entre mon hébergeur et moi à présent. Tout devrait être rentré dans l’ordre pour vous, visiteurs. Sinon, faites m’en signe au plus vite !

  • Pas chanceux Max…J’ai pas eu de prob encore!

  • Bizarre, j’ai jamais eu de problème avec site5, bien au contraire !

  • Il faut mentionner que le serveur qui héberge mon site, Kypris, a subi quelques défaillances au niveau matériel au cours de la dernière année. Ce qui a entraîné les statistiques de disponibilité des sites vers le bas. Et comme je mentionnais dans le billet, le serveur a été victime d’une attaque. Ce sont des choses qui arrivent. Si seulement le support technique avait pu répondre à mes questions, ça aurait été une expérience beaucoup plus plaisante à vivre.